1. La victoire

0
732

Avec ce texte débute le premier feuilleton littéraire naturiste. Toutes les semaines, le mercredi, je publierai un chapitre de cette histoire, en espérant qu’elle vous plaira et vous tiendra en haleine. N’hésitez pas à mettre des commentaires et à me signaler fautes d’orthographe, de grammaire ou incohérences. Par avance, je vous en remercie.
Bonne lecture !

— Madame Bonnet Babette, 662 voix. Monsieur Pétrie Guillaume, 885 voix. Monsieur Pétrie Guillaume est élu maire de la commune de Rives en Bellongues, à l’unanimité !
La salle éclata de joie et le premier bouchon de champagne sauta. Mais c’est vers son adversaire que Guillaume se dirigea, en lui tendant la main.
— Sans rancune Babette ?
— Sans rancune Guillaume, tu as gagné, bravo !
— Merci. Mais on va avoir besoin de toi comme conseillère municipale. Je compte sur ton aide.
— Tu l’auras, ne t’inquiète pas. Ce n’est pas comme si nos familles étaient des inconnues. Tu sais très bien que le village est petit et qu’il a besoin que nous allions tous dans la même direction.
— Je suis content de te l’entendre dire !
— Allez, monsieur le maire, assez palabré, vous aurez le temps pour ça. Pour le moment, buvez un coup avec nous, lui dit un des quinquagénaires présents en lui tendant un verre.
— Merci, André, mais proposez-le plutôt à madame Bonnet pour qu’elle fête la victoire avec nous. Il n’y a pas de perdant ce soir, le grand gagnant c’est le village !
— À Rives en Bellongues alors !
— À Rives en Bellongues, acclamèrent les présents dans la salle polyvalente qui avait servi de salle de vote.

Dans un petit village de trois mille âmes, les élections municipales sont souvent un moment pour que s’affrontent deux familles que tout oppose. Mais à Rives en Bellongues, petite commune de l’Hérault, l’exception était la règle. Les deux listes principales étaient arrivées au coude à coude au second tour, car il n’y avait pas vraiment ni favori ni programme qui sortait de l’ordinaire. Les deux protagonistes étaient conseillers municipaux de longue date et aucun n’était encarté.
La seule différence résidait dans leur rapport à la nature et à la chasse. Guillaume Pétrie venait d’une famille d’éleveurs bio anti-chasse, alors que Babette Bonnet était la fille d’un fabricant de produits du terroir, président des chasseurs de la région. À part ça, ils étaient tous les deux amoureux du village et de ses environs. Guillaume maire, Babette allait siéger au conseil. Cela promettait de sympathiques débats, sans véritable opposition cependant. Sauf si Guillaume mettait à exécution son idée d’implantation d’un espace naturiste dans la commune.

Babette prit Guillaume par le bras pour le tirer délicatement dans un coin à l’écart.
— Ton idée d’espace des culs nus, tu l’oublies n’est-ce pas ?
— Tu veux dire un espace naturel et naturiste dans lequel la nudité ne serait pas ostracisée ?
— Tu l’appelles comme tu veux, je sais que tu fais partie de ces culs-nus qui bronzent à poil à la plage et dans leur jardin, mais tu vas l’oublier non ?
— Je ne crois pas, non. Pourquoi, ça te gène ?
— Tu ne vas quand même pas faire de Rives la risée de toute la France ?
— Parce que Leucate ou Montalivet sont la risée de toute la France, ou Vera Playa en Espagne, pour ne citer qu’eux ?
— Je ne veux juste pas qu’on devienne comme Leucate ou tes autres endroits, des repères de pédophiles et autres voyeurs.
— Ouah, tu as une drôle de vision du naturisme dis-moi ! Il va falloir que je t’explique. On fera venir la présidente de la fédération française de naturisme au prochain conseil municipal, comme elle pourra t’expliquer les valeurs du naturisme, ses bienfaits et tout le positif qui pourrait retomber sur le village.
— Tu me dégoutes, Guillaume. On en reparlera.
Babette se détourna violemment et quitta la salle son verre à la main.
— Tu lui as fait quoi pour qu’elle se barre comme ça, lui demanda Anne, son épouse qui l’avait vu discuter avec la vaincue.
— Rien du tout à part confirmer que je mènerai à bien le projet d’espace naturiste à Rives.
— C’est tout ?
— Oui, c’est tout. Tu sais, elle n’a jamais été favorable à ce projet et m’avait déjà fait part de sa désapprobation quand j’en avais évoqué l’idée et les contours. Elle m’avait même menacé de tirer du plomb dans le derrière de tous les culs nus qu’elles rencontreraient de près ou de loin. La première, et seule, question qu’elle m’a posée ce soir ça a été celle-là et elle n’a pas été contente de la réponse.
— Tu vas vraiment le faire ton espace naturiste ?
— Je ne vais rien faire moi-même et ce n’est pas MON espace naturiste. Je vais le proposer au conseil et le soumettre au vote. Mais il faudra monter le projet. Je vais d’ailleurs prendre contact avec la fédération et les acteurs du naturisme pour qu’ils se saisissent du dossier et le fassent avancer. Je pense que cela pourrait vraiment booster l’économie locale, en poussant l’agenda écologique. Évidemment, ça ne va plaire à Babette et à ses amis chasseurs. Chasse et naturisme ne font pas toujours bon ménage, alors qu’ils pourraient, mais c’est un autre débat.
— Et si le projet était rejeté ?
— Eh bien, il le sera et on passera à autre chose. Tu sais, être maire d’un petit village c’est aussi faire preuve de compromis et faire fonctionner les affaires courantes. Toute la vie ne s’arrête pas à un projet qu’il réussisse ou pas.
— En tout cas mon chéri, à ta victoire ! J’espère que tu auras encore un peu de temps à nous consacrer, dit Anne en levant son verre de champagne. Entre tes animaux et tes administrés, il va te rester un peu de temps pour ta famille ?
— Tu sais que sans vous, je ne suis personne. Évidemment qu’il me restera du temps. Et je compte bien sur toi et les enfants pour me le rappeler si jamais je dérapais. En attendant, je vais faire le tour de mes conseillers municipaux. Ils ont besoin de quelques mots de remerciements. Ils ont tous été super, y compris ceux de la liste de Babette, alors il faut que je leur dise. On se revoit tout à l’heure. Rentre si tu es fatiguée, termina Guillaume en l’embrassant rapidement sur les lèvres.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.