Clothes Encounters

Great article on textile-nudist interaction. This post summarizes about nudity in nature and interaction with clothed people. If one is smiling and friendly, a positive discussion can start when the nudist can share why he/she’s naked and share the happiness of nudity. In a large majority of cases, the clothed people will be fine and their level of tolerance will raise. Get naked and enjoy the freedom!

Pourquoi ne pas être nudiste !

Posted in English on the Naktiv network: http://www.naktiv.net/blog/700/why-not-to-be-a-nudist/

Quelles sont les raisons qui poussent une personne à ne pas embrasser le naturisme si ce dernier lui était proposé? C’est la question que je me suis posée. Ayant partiellement fait le tour de la classique question pourquoi être nudiste, ou qu’est-ce qui pousse les gens à être nu socialement, il me semble important de comprendre les motivations des « textiles » pour le rester.

Afin de bien comprendre d’où je trouve les arguments que je vais exposer ci-dessous, il est important de savoir que mon épouse n’est pas naturiste, bien qu’elle respecte ma nudité quotidienne et qu’elle m’accompagne sur les plages naturistes, sur lesquelles elle garde, généralement, un bas de maillot de bain. Nous avons souvent discuté du naturisme. J’ai aussi souvent essayé de la convaincre de se dénuder plus souvent et d’envisager des vacances naturistes. Je n’ai cependant pas (encore) réussi. Mais je ne renonce pas, je dirais pourquoi un peu plus loin.

Ceci étant posé, voici les principales raisons pour refuser le naturisme.

  • Ne pas vouloir exposer son corps nu, la nudité étant quelque chose de privé.
  • Être confortable avec des vêtements, y compris un maillot de bain mouillé.
  • Ne pas ressentir, ne pas comprendre rationnellement le besoin d’être nu.
  • Lier nudité et sexualité, donc laisser les deux dans la sphère privée.
  • Voir les vêtements comme un élément différenciateur entre humains et animaux.
  • Ne pas supporter la vue de corps dénudés.
  • Avoir peur d’être jugé par autrui.
  • Ne pas se trouver suffisamment “bien foutu” pour se dénuder.
  • Avoir peur de l’excitation provoquée par la vue d’autres corps nus.

Au final, on peut regrouper ces raisons sous trois thèmes fondamentaux :

  • La croyance – liée au « ça ne se fait pas », religieux ou non.
  • La confiance – liée à l’imperfection de son propre corps.
  • La sensation – liée au fait que l’on ne ressent pas de bien-être particulier quand on est nu.

S’il est possible d’influencer croyance et confiance, par la raison et les sentiments, la sensation me semble plus délicate.

Les croyances peuvent évoluer. À un croyant, on pourra toujours trouver un texte qui n’ostracise pas la nudité et faire donc naitre le doute, en tout cas faire accepter que le dogme n’est pas ce que l’on croyait être. Avec un non croyant, il est possible de comprendre son refus et de lui démontrer que le contraire est aussi vrai. Il semble donc possible, avec patience et conviction, d’éteindre le « ça ne se fait pas ».

La confiance se construit, là encore avec patience et douceur. La confiance en soi est un drôle d’animal. En faisant prendre conscience à une personne que la perfection n’est pas de ce monde et qu’elle doit aimer son corps, on peut lui faire apprécier ses défauts, gros ou petits, et l’amener petit à petit à ne plus avoir peur de se regarder dans une glace. Donc, à potentiellement accepter le regard de l’autre.

Pour ce qui est de la sensation, la question me semble différente. La principale raison pour laquelle un nudiste est nu est le bien-être. Pour ma part, je ne me sens jamais aussi bien qu’entièrement nu. Cela n’appelle aucune explication rationnelle, je suis bien nu, point ! Si quelqu’un ne ressent pas ce bien-être, comment lui faire ressentir ? Certainement pas en la forçant à se mettre nue. C’est la stratégie que j’ai mise en place avec mon épouse. Tant que je peux être nu, elle peut être habillée, dans le respect total des choix de chacun. En revanche, quand je suis nu à la piscine ou que je fais une activité avec elle, je lui indique que je suis super bien nu et qu’elle devrait en profiter. Il lui arrive dorénavant, furtivement pour le moment, de se glisser nu dans l’eau de la piscine pour mon plus grand bonheur, ou de déambuler dans la maison dans le plus simple appareil.

Avec le temps, il est possible que la sensation de bien-être de la nudité s’installe et qu’elle voie « la lumière ». Je pense que c’est uniquement dans le respect et l’écoute que l’on peut amener un textile réticent à devenir nudiste. En attendant, je reste nu.