Pourquoi ils pratiquent le sport complètement nus

0
180

Pour tout naturiste, cette affirmation en forme de question semble une évidence: toute activité est nettement plus confortable quand elle est pratiquée entièrement nue. Il en va donc de même du sport. Cependant, cette affirmation est un article du très sérieux hebdomadaire français l’Express.

L’article commence par cette phrase: « Randonue, yoga nu, fitness nu… Le sport naturiste, très à la mode dans les années 1960, connaît un nouveau dynamisme ». N’est-ce pas tout bonnement génial qu’un grand hebdomadaire prenne du temps et de son espace éditorial pour traiter du sport naturiste ?

Il continue sur ce bel extrait d’interview concernant le yoga nu : « nous sommes dans le non-jugement, la liberté et la bienveillance. » Absence de jugement et liberté, deux piliers du naturisme. Bruno Saurez, président de l’Association naturiste phocéenne, en remet une couche : « …avec les réseaux sociaux, des mœurs plus tolérantes et des associations militantes présentes sur Internet, ces activités [pratiquées nues] ont bénéficié d’une plus grande publicité et cela a entraîné plus de pratiquants. »

Jacques Frimon, vice-président de l’APNEL, l’Association pour la Promotion du Naturisme En Liberté, explique que « il faut le faire une fois [randonner nu] pour comprendre que c’est un bien-être inexplicable ». Il est toujours plus difficile d’expliquer rationnellement ce qu’on ressent quand on randonne nu ou que l’on pratique toute autre activité d’ailleurs, que de le vivre. C’est pourquoi à défaut d’explications, il vaut mieux une invitation à essayer.

La psychologue et psychothérapeute Agathe Pingusson touche aussi à un aspect essentiel du naturisme et des activités naturistes : « Ne pas s’embellir ou se cacher, c’est s’exposer (à soi ou aux autres) dans la vulnérabilité, ce qui n’est pas une faiblesse contrairement à ce que l’on pense. Se montrer vulnérable, c’est trouver sa liberté d’être ». Nu, on est vulnérable aux dangers et au regard d’autrui, naturiste déclaré, on est vulnérable aux quolibets, au jugement des anti-nudités. Il ne tient qu’à nous de puiser dans cette vulnérabilité pour en tirer une bienveillante force. Être naturiste, c’est être fort !

Agathe Pingusson ajoute aussi que « nu, on se retrouve vraiment soi. On peut considérer le sport naturiste comme un accélérateur de mise en conscience ». Mais, elle point le risque de « ne pas réussir à expérimenter ce bien-être en dehors de la nudité ». Il est vrai que la nudité devient souvent le centre des préoccupations des naturistes qui la recherche. Cependant, toute vie équilibrée revient à être un funambule et à apprécier de l’être, balançant entre activités naturistes et textiles. On peut aussi être heureux habillés et rechercher la nudité en toute occasion où elle est possible.

En attendant, voici un article à ajouter à notre bibliothèque d’informations sur le naturisme. Bonne lecture qui peut être appréciée dans la nudité la plus totale !

Dénudez-vous, restez nu(e), vivez nu(et) et partagez l’amour du naturisme !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.