Bio, bon et beau – Manger pour se faire du bien

Bio, bon et beau – Manger pour se faire du bien

Le printemps et l’été sont des saisons idéales pour manger des aliments frais. Fruits et légumes se font une beauté sur les étals des maraichers.

Aller au marché

Les beaux jours sont un moment privilégié pour écumer les marchés de votre région. Si vous êtes en vacances, c’est un moyen de découvrir les producteurs de la région et leurs produits. Pourquoi pas aussi découvrir des saveurs nouvelles.

Le marché est un endroit où découvrir des nouveaux produits, des nouvelles recettes et rencontrer de nouvelles personnes. Profitez-en pour « tailler le bout de gras » avec les différents commerçants. Ce sont, en majorité des gens de la région, ou venant d’une région limitrophe, qui pourront vous faire découvrir la région d’une autre façon : au travers de ses traditions culinaires. Ils pourront aussi partager leurs recettes, vous indiquer des modes de cuissons différents ou vous guider vers d’autres producteurs.

Faire le marché est une expérience qui touche les cinq sens : visuelle, auditive, olfactive gustative et tactile. Vous appréciez la vision des étals multicolores. Vous découvrez des nouveaux sons. Vous sentez des nouveaux parfums. Vous expérimentez des nouveaux goûts. Vous laissez vos doigts glisser sur des textures nouvelles. Prenez par exemple une carotte bio : elle une couleur, une odeur, un goût que vous pouvez apprécier à l’achat. Que n’a-t-on pas dit d’une tomate organique mûre à cœur. Laissez-vous emporter par cet ensemble de sensations que vous procurent un marché.

Manger local et de saison

Les marchés sont aussi une occasion de consommer local et de saison. Pourquoi acheter des poires d’Afrique du Sud, quand on peut manger des abricots locaux ? Si ce n’était que pour des questions d’empreinte carbone, cela vaudrait le coup. Mais c’est souvent pour une question de goût. Qui a croqué dans un abricot ou une pêche cueillie du jour vous dira que ses arômes n’ont rien à voir avec ceux d’un fruit ou d’un légume qui ont fait des jours de camion ou de bateau.

Les fruits et les légumes ont des saisons. On a eu tendance à l’oublier ses dernières années avec la mondialisation et le développement du transport aérien. Il devient facile de manger des cerises au mois de décembre et des oranges en mai, les premières venant du Chili, les secondes d’Afrique du Sud. S’il est indéniable que le commerce international a permis à certains pays de se développer, revenir aux fondamentaux du terroir sur lequel on se trouve est une expérience sensorielle et temporelle.

Le site Le Petit Producteur liste les bienfaits de la consommation des fruits et légumes de saison. Entre les bienfaits pour la santé, pour la planète et pour le porte-monnaie, il serait dommage de s’en priver. Et puis c’est aussi une bonne idée pour découvrir des nouvelles saveurs.

Cru ou cuit ?

Avec la saison chaude, pourquoi ne pas se mettre aux salades et apprécier les crudités. N’ont seulement, les aliments crus apportent de la fraicheur dans l’assiette, ils apportent aussi leur lot de vitamines, de minéraux et d’oligoéléments que la cuisson dénature souvent.

Il y a quelques temps, le magazine Science et Vie avait posé la question des bienfaits des régimes à base d’aliments crus. Si les avantages semblent évidents : plus de nutriments, moins de graisse/sucre/sel, les aliments crus ne sont pas exempts de défaut, en particulier celui de véhiculer virus, bactéries et parasites qui auraient été éliminer à la cuisson. Cependant, cela concerne le plus souvent des produits d’origine animale comme la viande ou le lait, rarement les fruits et légumes. En lavant consciencieusement ces derniers, le risque de contracter une maladie est réduit. Faire cependant attention à l’eau de lavage qui est souvent le vecteur des infections. C’est une des raisons pour lesquelles il est déconseillé de consommer des aliments crus dans certains pays tropicaux, nos estomacs n’étant pas équipés pour résister aux bactéries présentes dans l’eau locale.

Par ailleurs, certains fruits et légumes s’avèrent meilleurs pour la santé quand ils sont cuits. Ces par exemple le cas des tomates, des carottes, des crucifères ou des épinards, comme le détail cet article du site Maxi Sciences. Il est vrai qu’un gratin de chou-fleur ou une sauce tomate bien mijotée sont des délices pour les papilles.

Écouter son corps

Cependant, quand il s’agit d’aliments, il convient d’écouter son corps. On aime parfois un fruit, un légume ou un condiment qui ne nous aime pas, ou que l’on digère mal. C’est parfois une association malheureuse, d’autres fois une intolérance, quelquefois une découverte qui passe mal. Combien de personnes contracte cette fameuse « tourista » en voyage, car la flore intestinale peut-être aisément perturbée par une épice, un mode de cuisson ou juste la fatigue.

Il est donc primordial d’être à l’écoute de ses sensations et des indices que vous donnent votre corps. Il convient de se faire plaisir et de découvrir des nouvelles saveurs. Il est tout aussi important de savoir réagir à une manifestation physique d’inconfort.

Manger de bonne chose fait du bien au moral. Dans le charme discret de l’intestin, l’auteure nous apprend que notre intestin est en fait notre deuxième cerveau. En lui faisant plaisir, c’est-à-dire en prenant soin de son microbiote, on se fait plaisir et on influence son humeur. Un must à lire en vacances pour savoir quoi acheter au marché, pour à la fois se faire plaisir, se faire du bien et découvrir des nouveaux produits.

La table fait partie de nos vies. Profitons de cette période estivale pour découvrir ou redécouvrir comment faire de la cuisine et de la table, des arts et des merveilles ! Bon appétit !

Photo par Johannes Hofmann sur Unsplash

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: