Mon jogging matinal naturiste. Oser, prendre du plaisir et partager.

0
528

Note: the English version of this post is now here.

Ce matin, le soleil brillait et mon humeur était joyeuse. Jour naturiste parfait ! C’était le moment idéal pour faire une course avec le meilleur équipement possible : aucun. Après un petit déjeuner simple en famille, j’ai enfilé mes chaussures de trail (pas de Five Fingers ce matin, j’ai besoin d’une nouvelle paire), une casquette, mon GPS et attrapé mon paréo pour pouvoir traverser quelques routes, puis je suis parti.

Bien qu’il faisait un peu froid et que mon corps réagit avec de la chair de poule, je me sentais bien. Après environ 500 mètres, me réchauffant et pénétrant dans la forêt, je me suis dénudé, plié mon paréo et l’ai glissé sous ma casquette. J’allais être nu dans la nature pendant environ une heure. J’étais seul dans la forêt, accompagnée d’oiseaux, d’un vent léger et du soleil levant, qui éclairait de temps en temps mon chemin et réchauffait mon corps.

Le meilleur était encore à venir. La rosée du matin mouillait l’herbe haute sur le chemin. Sans essayer de l’éviter, ce que vous feriez si vous portiez un short par exemple pour éviter de vous mouiller, je l’ai parcouru, appréciant la fraîcheur pour refroidir mon corps qui a commencé à transpirer. C’était juste un sentiment merveilleux que vous ne pouvez qu’apprécier dans la nature tout en étant entièrement nu. J’ai regretté mes Five Fingers à ce moment-là, parce que mes chaussures étaient mouillées aussi et devenaient plus lourdes. L’achat d’une nouvelle paire est définitivement sur ma liste de courses.

À mi-chemin, j’ai rencontré un groupe de bûcherons. Je les ai entendus de loin, alors j’ai mis mon paréo pour passer à côté d’eux. Ils m’ont vu à la dernière seconde. Je les ai salués, ils m’ont souhaité bon courage et ont continué leurs tâches. Ils n’ont probablement même pas remarqué que j’étais juste enveloppé d’un paréo très léger. Après 100 mètres, j’étais à nouveau nu. J’aurais pu rester nu en passant devant les bûcherons, mais je préfère toujours être respectueux des travailleurs dans ce cas. Avec les autres coureurs que je rencontre, je reste généralement nu. Je ne sais pas pourquoi, les coureurs en mouvement ne remarquent probablement pas que je suis nu, qui sait ?

Après une bonne cinquantaine de minutes et huit kilomètres plus tard, j’étais de retour à mon point de départ, en sueur, au chaud, mon corps plein de dopamine et d’endorphines, et je me sentais tellement bien, je devais partager cette course matinale nue sur mon blog. C’est chose faite.

En conclusion, courir nu ou pratiquer n’importe quel sport nu est un choix que, en tant que naturiste, je fais en priorité. Bien sûr, parfois, j’ai mes propres limites, et il existe des situations où je n’ose pas « me déshabiller ». La plupart du temps, il n’y a pas de véritable justification derrière le choix de ne pas se déshabiller autre que la peur de la réaction d’autrui. Je m’en rends compte de plus en plus, passant de plus en plus de temps entièrement nu. Je me sens mieux nu. Il y a peu ou pas de risque de croiser une personne vraiment anti-nudité, si vous choisissez judicieusement l’endroit où vous vous déshabillez. Mon conseil est de sauter le pas et de se mettre nu aussi souvent que possible, si vous vous sentez bien nu, comme moi !

Dénudez-vous, restez nu, vivez nu et partagez l’amour du naturisme !

1 COMMENT

    • Thank you for taking the time to leave a comment. I agree. I love walking or running naked at dawn, watching the sun rise, warming your body gradually.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.