Les 10 règles naturistes d’Albert Lecocq – Introduction

1
1465

Le naturisme en 10 règles a été publié en 1949, par Albert Lecocq. Albert et son épouse Christiane ont fondé la fédération française de naturisme en 1950, ont créé le magazine La vie au soleil et le Centre naturiste héliomarin Montalivet. Le couple Lecocq forme le noyau du développement du naturisme en France.

Dans Le naturisme en 10 règles, Albert Lecocq, distillent les grands principes de la philosophie naturiste qu’il appliquera dans les clubs du soleil. Si le livre date un peu, enfonce quelques portes ouvertes et se révèle parfois perturbant (j’y reviendrais), c’est surtout une excellente base pour une vie saine et heureuse, telle que la science le démontre depuis maintenant quelques années. Il est intéressant aussi de constater que beaucoup de problèmes de société que l’on pense parfois contemporains existent en fait depuis plus longtemps qu’on l’imagine.

Ce livre est court, trop court. D’ailleurs, Albert prévient dès le début : « Nous avons réuni en dix règles toute la synthèse naturiste ; sous la forme condensée de cet opuscule, il n’est pas possible de citer des références, de rappeler les expériences, de développer les arguments. » Il n’est, à mon avis, pas question d’impossibilité technique, mais d’un choix éditorial délibéré. Il souhaite garder son ouvrage court, allant directement aux conclusions et permettant à tout un chacun de se faire sa propre opinion.

Une mise à jour et un développement nécessaires

Mes passions pour le naturisme, la santé physique et mentale, et l’écologie sont cependant restées affamées. Si Albert (je l’appellerai par son prénom uniquement dans le reste de l’ouvrage) a souhaité le format court, certains de ces principes appellent à commentaires, à approfondissement et à vérification factuelle par nos connaissances scientifiques actuelles. J’avais donc commencé à rechercher chacun des dix principes pour en faire un article de blog, quand il m’est apparu au fur et à mesure que cela allait largement au-delà d’un seul article. J’ai donc pris la décision d’en faire au moins onze, un pour cette introduction et un (voire plusieurs) pour chaque principe naturiste. Il se peut aussi que l’ensemble fasse l’objet d’un petit livre, que j’éditerai dans le courant de l’année, mais la décision n’est pas prise.

Me voilà donc face à cette tâche de développer les 10 règles d’Albert Lecocq, de les remettre en perspective des connaissances scientifiques modernes, du vécu naturiste et d’y ajouter pourquoi et comment la nudité contribue à en approfondir les bienfaits. J’ai longuement réfléchi à ces dix principes. Je les ai mis en perspective avec mon vécu et celui d’amis naturistes ou non, passionné ou non comme moi par la psychologie humaine et la recherche du bonheur, auquel chaque être humain aspire. Une fois cette introduction publiée, je publierai chacun des principes à mon rythme, en fonction de mes recherches et du degré de satisfaction du travail accompli. Il est donc possible qu’il se passe plusieurs jours voire semaines entre chaque publication. Je te remercie, fidèle lecteur, de ta patience et de ton support.

Un des objectifs avoués d’Albert est d’ériger le naturisme en fondation sociétale et humaniste. Je le cite : « Les principes naturistes contribuent à la solution de tous les problèmes de l’individu et de la société ». Si le naturisme n’est pas la solution — il n’en existe de toute façon pas une seule — aux problèmes de la société et des individus, il contribue à la solution. C’est une chose à laquelle je crois profondément. Le naturisme et ses principes forment un ensemble de solutions qui permettent de vivre en harmonie avec soi, autrui et la nature. Le naturisme permet aussi de revenir aux fondamentaux de la vie, de se poser des questions sur notre place sur Terre et dans l’univers, et de comprendre les principes écologiques qui régissent le vivant dans son ensemble.

Je reviendrai en conclusion sur cet aspect sociétal du naturisme auquel on ne pense pas de prime abord, mais qui, à mon sens, est au cœur de cette belle philosophie de vie. Comme tout naturiste le sait, le naturisme, ce n’est pas que se mettre nu. C’est beaucoup plus que cela, comme nous allons le développer tout au long de ces articles. Le naturisme est une philosophie de vie, un voyage humaniste et un apprentissage de la fragile beauté du monde.

Les dix principes

Que sont ces dix principes ? Les voici, dans l’ordre dans lequel ils sont décrit dans le naturisme en 10 règles :

  1. La santé : une bonne santé est nécessaire au développement harmonieux de tout humain ;
  2. l’hygiène : l’hygiène physique est aujourd’hui une évidence, mais certains de ses aspects sont toujours mal compris ou mal utilisé ;
  3. l’exercice et le repos : un consensus scientifique existe maintenant pour démontrer la nécessité de l’exercice physique pour sa contribution au bien-être, de même que le repos et le sommeil en particulier joue en rôle central dans le développement cognitif, l’humeur et la forme physique et mentale ;
  4. l’air et le soleil : l’exposition à l’air et au soleil déclenche un grand nombre de mécanismes bio-chimiques nécessaires à notre équilibre, à la fois physique, mental et émotionnel ;
  5. l’alimentation : il n’est plus besoin de prouver le rôle que joue l’alimentation dans notre vie et dans notre bien-être, là encore physique, mental et émotionnel ;
  6. la désintoxication : il s’agit ici d’aborder les questions des drogues sous toutes leurs formes, alcool, tabac, sucre, graisse, sel et aussi les drogues dites dures ou douces, cannabis, héroïne, cocaïne, etc., ainsi que les addictions diverses aujourd’hui comme celles aux écrans, aux jeux en ligne, à la pornographie, etc. ;
  7. l’hygiène sexuelle : si Albert la traite d’un point de vue surtout physique, je reviendrais sur le rapport aux relations sexuelles et à l’harmonie qui peut découler d’un épanouissement grâce au sexe ;
  8. l’hygiène de l’esprit : l’art, la musique, la lecture, nourrir son esprit permet de comprendre le monde, l’autre et ce qui nous entoure avec une plus grande empathie ;
  9. les sentiments : aime ton prochain comme toi-même n’est pas qu’un précepte chrétien. Le développement de l’enfant et celui de relations saines et équilibrées avec notre entourage sont primordiaux pour être non seulement épanouis mais en équilibre avec la vie et l’univers ;
  10. la morale naturelle : la morale est un sujet devenu tabou. Il ne s’agit pas ici de prendre parti mais de comprendre comme le monde dans lequel nous sommes plongé est régi et de revenir à des principes moraux simples et vertueux de façon, là encore, de vivre en harmonie avec ses besoins naturels, autrui et la nature.

Comme vous pouvez le constater, il ne s’agit pas ici de physique quantique ou de concepts complexes. Les dix principes naturistes sont simples à comprendre et relativement simples à mettre eu œuvre. Dans notre monde moderne, il peut sembler que certains sont plus difficiles à suivre que d’autres, le monde étant devenu toxique sous bien des aspects, j’y reviendrai, et en tout cas éloigné de nos besoins vitaux et nécessaires à une vie saine, vécue en pleine santé.

Naturistes ? Vraiment ?

Vous pouvez aussi vous demander ce qu’il y a de naturiste dans ces principes. Ce sont, somme toute, des principes de vie qui s’applique à tous, naturistes ou non. Sous une première lecture, on peut effectivement le croire et décider d’écarter la notion de naturisme, pour ne garder que les principes de vie. Cependant, et comme nous le verrons au fur et à mesure des pages qui vont suivre, la nudité simple, communale, parfois partielle, parfois totale, est un des piliers de ces principes naturistes.

La nudité simple joue un rôle sur tous les plans de notre épanouissement et de notre pleine santé, physique, émotionnelle, sociale, psychologique et même spirituelle. Si elle est peu documentée scientifiquement, nous verrons que nous disposons de quelques études et surtout de nombreux témoignages de naturistes qui en atteste.

Albert, cependant, l’annonce dès la première page : « le naturisme est une manière de vivre, de penser et d’agir. […] Pour avoir méconnu les lois de la nature, nous souffrons de toutes sortes de maux, sur tous les plans. » Cette dernière phrase résonne avec les mouvements écologistes et les initiatives pour tenter de limiter les effets du réchauffement climatique. Le naturisme est donc ancré dans la nature. On ne parle d’ailleurs pas de nudisme, avec lequel, nous ferons une différence, même si les deux partagent la nudité simple et potentiellement communale.

Il ne s’agit donc pas d’opposer nudisme et naturisme, ce n’est ni le propos d’Albert, ni le mien. Je me concentre donc sur le naturisme et sa dimension nudiste quand cela sera nécessaire. Lisons d’ailleurs ce qu’écrit Albert dans son introduction :  » certaines personnes déclareront qu’elles pratiquent déjà en partie nos préceptes ; cela prouve que nous sommes tous plus ou moins naturistes sans le savoir. » Le naturisme est donc une forme d’humanisme et une recherche de l’harmonie.

Je laisse Albert conclure cette introduction en le paraphrasant légèrement : l’être humain ne peut être pleinement heureux que dans la santé du corps et de l’esprit, dans la libre expression de lui-même, en écoutant la grande voix de la nature et dans la recherche de la beauté et de la vérité. Santé, libre expression, nature, beauté et vérité, vaste et magnifique programme. C’est à ce voyage que je vous invite, en compagnie d’Albert Lecocq, en espérant qu’il vous inspirera et vous incitera à vivre totalement le naturisme.

Bonne lecture !

Voici La première règle des 10 règles naturistes d’Albert Lecocq – 1- La santé, pour continuer votre lecture.

N’hésitez pas à commenter ci-dessous, à apporter vos observations et expériences, en particulier sur l’influence du naturisme et des pratiques naturistes sur votre santé physique, mentale et sociale. Merci d’avance!

Dénudez-vous, restez nu, vivez nu et partagez l’amour du naturisme !

Crédit photo, https://www.lenaturisme.fr

1 COMMENT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.