Le confort de la nudité – 4/6 – Le regard d’autrui

Le confort de la nudité – 4/6 – Le regard d’autrui

Ô que le regard d’autrui peut déshabiller, juger et dénigrer. Il peut aussi être bienveillant, souriant et agréable. La nudité est le test ultime de la confiance en soi pense-t-on parfois. Si je suis assez confiant pour rester nu, autrui sachant que je le suis, il n’est pas lieu de choquer ou de surprendre, alors cette confiance sera la base de beaucoup d’autres actions. Ce n’est pas le regard d’autrui qui est gênant, c’est ce que l’on en fait. Evidemment, un regard insistant et voyeuriste peut vite devenir insupportable. D’ailleurs, il convient de ne pas le tolérer. Les voyeurs et exhibitionnistes n’ont pas leur place, ni dans les lieux publics en général, ni dans les lieux naturistes en particulier.

Une petite parenthèse sur le voyeurisme. Je ne condamne ni ne juge ici. Il y a des voyeurs car il y a des exhibitionnistes. Chacun trouve son plaisir dans des pratiques sexuelles personnelles. Là où la ligne est franchie est quand il ne s’agit pas de personnes consentantes. Si je bronze nu, je n’ai, peut-être, pas envie qu’une ou plusieurs personnes prennent un plaisir sexuel à ma nudité. Si je suis exhibitionniste, je pourrais y prendre du plaisir, mais la nudité simple n’est pas sexuelle et l’amalgame ne doit pas être fait. Parenthèse fermée.

Personne ne regarde vraiment

Cette question du regard d’autrui est souvent plus simple, au départ, dans un club ou un hôtel naturiste. Dans un tel environnement, la bienveillance est de mise et les voyeurs en sont exclus. Le regard de l’autre est alors tourné vers l’être et non vers le corps. Tous sont nus. Et même quand une personne ne l’est pas (et oui, parfois, on passe au bureau tout habillé avant de partir ou en arrivant), elle sait qu’elle est dans un environnement naturiste et que le corps est nu.

C’est souvent ce qui étonne le néo-naturiste. Personne ne le regarde. Personne ne l’observe de la tête au pied. Personne ne rigole de ses défauts. Ce qui étonne ensuite est la diversité des corps. Peu de perfection, beaucoup d’humanité. En quelques instants, on oublie sa propre nudité pour n’embrasser que son bien-être et son confort. C’est l’aboutissement de ce processus d’habituation de la nudité. On est à l’aise dans son corps, puis cette aise devient confort total quand la nudité devient partagée. Il est alors impossible de faire machine arrière généralement. Non qu’il sera impossible de remettre vêtement ou maillot de bain dans d’autres circonstances, mais ce confort et ce bien-être que l’on associe à la nudité ne nous quitte plus et nous le recherchons dès que possible.

Moi nu, l’autre habillé·e

Il devient alors possible de se confronter à des personnes habillées alors que l’on est nu·e. Certain·e ne le supporte pas facilement au départ. Une certaine gêne se crée. Elle ne subsiste cependant que si elle est partagée. A partir du moment où la personne habillée ne fait aucun cas de votre nudité, la gêne disparait et vous pouvez vivre nu·e au milieu de textiles sans que vous le réalisiez. Le vivre en randonue par exemple est un moment unique et précieux. Le corps nu devient alors normalité et naturel, ce qu’il n’aurait d’ailleurs jamais cessé d’être.

Le regard d’autrui perd alors toute son importance. Le bien-être peut s’installer durablement.

Crédit photo freestocks.org sur Unsplash

One Reply to “Le confort de la nudité – 4/6 – Le regard d’autrui”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: