Le confort de la nudité – 5/6 – Le bien-être

Le confort de la nudité – 5/6 – Le bien-être

Le bien-être ne peut durablement s’installer que lorsqu’on n’a rien à craindre et que l’on s’est détaché du regard d’autrui. Si vous avez peur que l’on vous découvre nu·e, votre bien-être sera mis à mal. Vous serez peut-être bien nu·e, mais cette peur, ce risque, vous gâchera un peu ce plaisir.

Le bien-être de la nudité est une sensation hédoniste. On se sent bien dans sa peau. On sent le vent, le soleil et les éléments sur chacun des pores de notre plus grand organe. Cette sensation unique est un élément du bien-être ressenti. L’autre élément est psychologique. Nu·e, sans plus craindre, ni son propre regard, ni celui d’autrui, on trouve une liberté que peu d’autres situations procurent.

Liberté et bien-être

Cette liberté de mouvement et d’être est un des fondamentaux du bien-être ressenti quand on est nu·e et de celui que l’on recherche quand on est habillé·e. Beaucoup de personnes ne comprennent pas, par exemple, cette volonté de toujours aller sur une plage naturiste ou de randonner nu·e. Elles se demandent ce que le maillot de bain ou la tenue de randonneur ont de gênant à notre bien-être au point de vouloir systématiquement s’en passer.

C’est une situation difficile à expliquer de façon rationnelle, tant que l’on n’est pas passé·e, consciemment ou non, par les étapes précédentes. Tant que l’on ressent une gêne de son propre corps, soit vis-à-vis de soi, soit des autres, il est impossible de comprendre le bien-être que ressent le naturiste et ce besoin qu’il·elle a de se mettre nu·e dès que cela lui est possible.

Bien-être et être

Une partie de ce bien-être recouvre d’ailleurs la simple notion d’être. Être soi-même, tel un livre ouvert, sans rien cacher de ce que l’on est. Et pourquoi cacher ce qui est somme toute naturel et humain. Être nu·e pour beaucoup c’est tout simplement bien être ! C’est vivre une vie simple au contact des éléments.

Il est cependant facile de glisser du bien-être vers l’hédonisme et la sexualisation de la nudité. La frontière est parfois fine entre bien-être hédoniste et bien-être sexuel. Ce petit quelque chose que l’on sent dans son bas ventre parfois… est tout à fait humain. Totalement désexualiser la nudité est impossible. Être nu·e provoque parfois le franchissement de cette ligne. Rien de grave tant que l’on en a conscience et que l’on reconnait que la limite vient d’être franchie. Je suis nu·e, donc je suis bien. Je suis juste bien nu·e.

La nudité oubliée

Quand on atteint ce niveau de bien-être et que la nudité devient confort, comme nous le verrons dans la prochaine et dernière partie de cette série d’articles, elle devient secondaire. On n’y pense plus, elle est une « seconde nature ». On peut ouvrir la porte au livreur de pizza ou marcher le long de la plage en franchissant la limite de la plage naturiste, en oubliant qu’on est nu·e.

On se trouve tellement bien nu·e que l’on en oublie qu’on est nu·e. Cela peut, malheureusement jouer des tours dans notre société qui ne tolère pas toujours bien la nudité et qui l’assimile souvent à l’exhibition sexuelle, mais c’est un autre sujet. Cependant, dans une vaste majorité de cas, la nudité simple et naturelle sera vue et acceptée avec bienveillance, même en dehors des structures naturistes. Et le bien-être du pratiquant rayonnera.

Ce bien-être ressenti en étant nu·e est le préalable au confort total ressenti par ceux d’entre nous qui vivent nu·es. Ce dont nous parlerons la semaine prochaine.

One Reply to “Le confort de la nudité – 5/6 – Le bien-être”

  1. Was isst Nachrichten ich bin nneu in diesem, stieß ich auf
    diese Ich habe gefunden Es absolut nützlich
    und es haat dazu beigetragen, gestützte mich Lasten. Ich hoffe biis Beitrag & Hillfe andere Kunden wie ihre geholfen me.
    Groß Arbeit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: