Le confort de la nudité – 6/6 – Le confort

Le confort de la nudité – 6/6 – Le confort

Et nous voilà presqu’à la fin de cette aventure nudiste, la découverte de ce confort incroyable. Un rapide retour en arrière. Nous avons vu que le corps nu n’était qu’un corps nu. L’éducation, la société et la religion en ont fait une représentation sexuelle dont il faut avoir honte et cacher. Mais en fait, en supprimant toutes les étiquettes qu’on lui colle, le corps nu retrouve son intégrité simple. Il est alors possible d’apprécier la liberté de mouvement que procure la nudité. Pas besoin de vêtement pour vivre au quotidien et retrouver cette espace de liberté. Liberté de mouvement, mais aussi liberté vis-à-vis des ukases de la société et de la mode. Affronter son propre regard est alors possible sans référence aux canons de beauté. On peut alors se libérer du regard d’autrui, l’accepter, le laisser glisser sur notre peau. C’est souvent le moment où le bien-être physique et psychologique s’installe et celui où le confort fait son apparition.

Confort, liberté et doute

La société nous impose, inconsciemment le plus clair du temps, des obligations. Ces obligations vont des règles du vivre ensemble aux vêtements que l’on porte. Ces obligations, quand on en prend conscience, peuvent devenir des contraintes, limitant notre libre arbitre et nos choix. Le naturisme nous permet de nous libérer de certaines de ces contraintes et de retrouver une liberté perdue : celle de se mouvoir nu, celle de ne plus suivre la mode, celle de vivre plus simplement. Ce confort libérateur est parfois déstabilisant par la remise en question des règles qui ont souvent guidées notre vie. Comme tout changement de mode de vie, il peut y avoir un moment de doute. Est-il bien normal de ressentir ce confort ? Il suffit alors de discuter avec d’autres naturistes, de partager des moments de nudité avec des amis et de lâcher prise pour se rendre compte de la justesse de ce choix.

Il est normal de douter. Passer la période d’euphorie, toute décision s’accompagne souvent d’un moment de doute. Il convient de passer au travers, de tenir bon. C’est l’abandon de la chrysalide du papillon. C’est un moment difficile qui précède la nouvelle vie. Cette nouvelle vie de liberté et de confort que vous avez touché du doigt et dans laquelle vous allez maintenant vous immerger.

Simplicité, minimalisme et confort

L’abandon des contraintes vestimentaires et sociétales s’accompagne généralement d’un besoin de minimalisme. La nudité étant devenue si confortable, il n’est plus besoin d’entretenir cette garde-robe ou ces objets qui s’entassent dans nos vies. La simplicité de la nudité nous invite souvent à aussi libérer notre intérieur et notre vie du superflu. Il n’est alors pas surprenant de trouver de nombreux naturistes embarqués dans le mouvement minimaliste. Trouver un confort simple devient alors une seconde nature.

Minimalisme et naturisme font bon ménage. Les deux procèdent de la même démarche de retrouver des choses et des situations vraies qui font vraiment plaisir. Le bien-être nu se transforme en amour de la nudité, au point où il devient presque impossible de rester habillé quand on peut être nu. Il en est de même du minimalisme. On ne conserve que ce que l’on aime vraiment et on n’achète que ce dont on a réellement besoin. Un changement radical de vie, tellement épanouissant.

Partage, nudité et amitié

Le confort physique et psychologique que véhicule le naturisme demande à être partagé. On remarque souvent que les naturistes sont amicaux et que les relations sont plus simples. La nudité joue un rôle simplificateur dans les relations. Le rôle social est clairement abandonné au profit de la personne et de son âme. Certes, il est possible d’avoir des amitiés fortes en dehors du naturisme. Le naturisme véhicule cependant cette notion de nudité partagée qui aplanie les différences et rend les relations plus simples et franches.

Si vous méditez ou faites du yoga, vous avez été confronté avec la notion de lâcher-prise. Cet état qui nous fait nous détendre, ne plus être en réaction et apprécier le moment présent. La nudité partagée et le confort qui l’accompagne vont dans le sens de ce lâcher-prise. Quand vous appréciez physiquement et psychologiquement le confort de la nudité, vous êtes en état de lâcher-prise. Vous ne tenez plus la dépendance à votre image vestimentaire, au regard de l’autre, aux règles imposées. Vous appréciez l’instant présent, avec des amis qui partagent ces mêmes valeurs de respect de l’autre. Un confort rare !

Conclusion

La nudité est normale, naturelle et libératrice. Elle est incroyablement confortable quand on accepte qu’elle ne véhicule aucun des messages que la société, l’éducation et la religion nous imposent. Certes, il est difficile de séparer nudité de sexualité. Le corps nu peut induire des réactions physiques, psychologiques et émotionnelles d’attirance. Il n’y a rien d’anormal. L’être humain est un animal pensant et cette capacité à penser doit nous permettre de faire la part des choses, de séparer nudité et sexualité, pour apprécier le bien-être, la liberté et le confort de la nudité simple.

Le naturisme véhicule des valeurs de respect et de tolérance, non seulement vis-à-vis de notre prochain, mais aussi de la nature qui nous entoure. En devenant naturiste et en appréciant les conforts physiques et psychologiques de la nudité simple, il est possible de trouver la paix et d’apprécier la diversité qui nous entoure et fait la richesse de nos vies. Je vous souhaite toute le bonheur du monde, naturellement nu !

Crédit photo Julia Stepper sur Unsplash

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: