Pourquoi ça ne se fait pas ? Pourtant, certains le font !

Dans un précèdent post, je passais en revue les trois raisons qui font que certaines personnes ne sont pas naturistes. En écrivant cet article, je savais que je touchais des concepts importants concernant la réticence à se mettre nu. Traiter du sujet en un seul article m’a vite semblé impossible. Voici donc une série de trois articles approfondissant chacun de ces trois concepts : ça ne se fait pas, je ne suis pas assez bien fait(e), et ce n’est pas hygiénique. Pour chaque, je vais considérer les deux points de vue et donner une série de conseils pour passer outre cette réticence.

Il est cependant important de noter que les mèmes sous-jacents à ces réticences peuvent être si puissant qu’il est inutile de s’épuiser à essayer de les changer. SI quelqu’un, par exemple, a été méprisé toute son enfance en raison de son apparence, il sera très difficile et très long de le faire changer d’avis. Non que cela soit impossible, mais cela va bien au-delà d’un simple article comme celui-ci. En effet, les ancrages psychologiques peuvent nécessiter un long travail sur soi et tout un chacun n’est pas prêt à le faire. Je ne vous donne donc que des pistes, à vous de voir si vous souhaitez y dédier temps et énergie.

Pourquoi ça ne se fait pas

La honte du corps et de la nudité est ancrée dans la plupart des cultures et des religions. Alors qu’on accepte qu’un bébé ou un jeune enfant soit nu à la maison ou sur une plage, passé un certain âge on va l’habiller par « convention sociale » car la nudité n’est pas quelque chose à partager. Le corps doit être caché sous des vêtements et être mis à nu uniquement dans l’intimité de sa salle de bain ou de sa chambre à coucher. Un corps nu est en effet associé dans la plupart des religions et des sociétés modernes au désir sexuel. On le cache pour tenter d’éliminer le désir.

Cela n’a donc aucun fondement rationnel, au-delà de postures enseignées et apprises. En effet, une des autres règles de vie harmonieuse en société est le contrôle des émotions. Ce n’est donc pas si je vois un corps nu que je vais avoir une immédiate réaction sexuelle, je peux apprendre à porter un autre regard. Le rationnel se transforme donc en irrationnel et les émotions s’emparent des non naturistes, jusqu’à parfois à en devenir véhéments, voire violents. La vue d’un corps nu peut provoquer des réactions épidermiques, tant le mème est ancré profondément. Il suffit de voir comment la question de la couleur de peau ou de l’homosexualité a suscité et suscite encore de réactions violentes. Le naturisme obéit à la même règle du rejet de la différence et du « ça ne se fait pas ». Quand Rosa Parks s’assoie dans un siège réservé aux blancs, elle revendique le même respect qu’un naturiste qui demande à être nu en dehors de toute connotation sexuelle.

On ne se promène donc pas nu par honte du corps induite par des règles sociétales et religieuses. Demandez à un non naturiste pourquoi il n’est pas naturiste et vous entendrez la plupart du temps, un simple : « parce que ça ne fait pas ! ». Et à votre « pourquoi ? », il répètera que c’est juste comme ça, que ça ne fait pas, sans réellement pouvoir donner une vraie raison (nous reviendrons sur la honte de son propre corps et sur l’hygiène dans un futur post). En revanche à la vue d’un corps nu, le non naturiste verra une agression visuelle, voire sexuelle, puisque le corps nu est immédiatement associé au sexe. Il ou elle détournera donc la tête pour ne pas voir ce corps nu. Couvrez ce sein que je ne saurais voir, disait Tartuffe, l’hypocrite !

Pourquoi certains le font

Mais, alors, si ça ne se fait pas, si la société ou la religion nous empêche d’être nu, pourquoi certains le font ? Eh bien simplement, il se mettent nu ou vivent nu, car ils ont passé outre la honte du corps. Du leur et de celui d’autrui. Les naturistes n’ont en effet aucun problème à se dénuder en société, à ce qu’on les voit nu et à ce qu’il voit les autres nus. Ils ne voient généralement que des êtres humains qui éprouvent le même bien-être à évoluer entièrement nu. S’ils ont été élevés dans un milieu naturiste, la nudité n’est généralement pas problématique bien que l’adolescence, avec la transformation du corps et des sentiments puissent faire naitre un sentiment de honte. L’adolescent se rhabille alors. Je ne pense pas qu’il faille le forcer à se dénuder, mais lui expliquer que s’il le souhaite, personne ne le jugera, pas plus aujourd’hui qu’hier.

Certains ados passent outre et continuent à être naturistes, certains se rhabillent et retrouveront le naturisme plus tard, d’autres enfin se rhabillent et quittent définitivement le naturisme, souvent sous la pression de leur conjoint. Aucun jugement, tous sont libres de leur choix. Ceux qui restent naturistes ou le redeviennent, le sont généralement, pour le bien-être que la nudité totale procure. Dans tous les cas, il y a clairement séparation entre nudité simple et sexualité. Le naturisme n’a rien à voir avec la sexualité, cette dernière restant du domaine du privé.

Le naturiste va donc éliminer la honte du corps de ses sentiments et dissocier son corps de l’objet sexuel dans lequel veut l’enfermer société et religion. Ceci ne signifie pas que le désir disparait des sentiments naturistes. Il n’est simplement pas systématiquement associé au corps nu. De ce fait, un naturiste est donc un être humain pour lequel le bien-être procuré par la nudité est un élément important de son être. Il coupe les associations suscitées par religion et société pour associer nudité avec bien-être et nature. Un corps nu est naturel et la nudité est normale. Elle devient sociale naturellement.

Comment le faire faire

La première étape pour tenter de « convertir » autrui au naturisme est de comprendre le ou les mèmes qui se sont répliqués et qui expliquent sa réticence. Cela va demander du temps, mais surtout l’acceptation de l’autre à en discuter. En effet, certaines personnes peuvent être complètement rétives à la discussion. Elles n’en voient pas la raison ou l’objectif. Elles ne veulent pas devenir naturistes. Il n’est pas donc pas nécessaire d’en parler. C’est votre choix. S’il s’agit de votre conjoint, cela demandera peut-être plus de temps que nécessaire voire n’aboutira jamais. Là encore, ce n’est que l’amour et le respect que les deux conjoints se portent qui pourront faire progresser le dialogue.

Une fois identifier le mème source du « ça ne se fait pas », il convient d’en étudier la possible déconstruction. Par exemple, un même religieux peut souvent être déconstruit pour montrer que les Saintes Écritures se contredisent parfois et laissent au final le libre arbitre aux hommes. Dans la Bible par exemple, certes la Genèse diabolise la nudité en raison du péché originel, mais elle en fait quelque chose de naturelle quand il s’agit du baptême dans le Jourdain (///trouver autre exemple). Il est donc possible rationnellement de démontrer que le contraire existe aussi. Cela a généralement comme conséquence de passer sur le domaine de l’irrationnel et des sentiments. En effet, l’être humain est un être rationnel et irrationnel à la fois. Rationnel car doué de raison, irrationnel car parfois poussé par ses sentiments qui ne sont rationnels que pour celui qui les ressent.

Si la raison échoue, le passage aux sentiments ne pourra se faire que dans le respect et l’écoute. Il convient alors de faire avouer à l’autre que ses raisons sont irrationnelles, mais qu’il ou elle est d’accord pour changer de point de vue. Certaines personnes s’arrêtent là et ferment la porte. C’est alors à vous de décider si vous souhaiter ou non continuer. Dans le cas d’un changement possible de point de vue, il conviendra de faire trois choses simples :

  • Proposer des activités simples à faire nu : passer de la chambre à la salle de bain, préparer le petit déjeuner, faire une promenade dans le jardin à l’abri des regards, c’est-à-dire ancrer petit à petit l’habitude de faire des activités nu.
  • Echanger sur le ressenti : y avait-il de la peur ? de la honte ? du plaisir ? Dites ce que vous fait du bien, comprenez la peur ou le doute, accompagner l’apprenant, en renforçant le point 3.
  • Complimenter sur les actions faites nu : dites bravo, partager votre joie et votre bonheur ! On ne change pas quelqu’un en lui reprochant de ne pas faire quelque chose mais en le complimentant pour ce qu’il fait.

Petit à petit, en répétant ces trois actions simples, vous pourrez en venir à fréquenter une plage ou un club naturiste, et il y a fort à parier, si vous avez pris le temps de parler et d’échanger sur vos expériences, que ce bien-être subtil lié à la nudité s’instillera dans autrui et le fera passer doucement du camp des « ça ne se fait pas » à celui des « ça se fait », sans même qu’il ou elle s’en rende compte. Maintenant, certain ne deviendront jamais naturistes, de la même façon que ce n’est pas parce que j’apprends à jouer au tennis que je vais jouer toute ma vie. Mais pour ceux qui le deviennent, le chemin ne s’arrête pas là.

Éliminer la pression sociale

Malheureusement, quoi qu’il se passe, la pression sociale restera bien présente. Si vous faites votre coming out de naturiste, certaines personnes ne vous fréquenteront plus. Il convient de le savoir et d’en être conscient. La société a de tout temps stigmatisé les minorités, et les naturistes en sont une, et de plus fait tout pour renforcer l’association nudité et sexualité. Il convient alors de renforcer le mème naturiste en fréquentant d’autres naturistes, en allant dans des lieux naturistes et en passant le plus clair de son temps nu.

Ce renforcement permanent est la raison pour laquelle le naturisme est un style de vie. Comme pour de nombreuses activités, on tend à s’entendre avec les personnes ayant les mêmes centres d’intérêts. Le naturisme n’échappe pas à cette règle, et en fréquentant d’autres naturismes avec lesquels pratiquer des activités nus, vous renforcer votre mème naturiste et éliminer la pression sociale qui voudrait vous faire rentrer dans le rang en vous habillant.

J’espère que ces quelques lignes vous auront donné des idées sur le naturisme, sur ses mécanismes psychologiques et sur quoi faire pour expliquer à un non naturiste que de nombreuses personnes sont naturistes et que de non naturiste on peut devenir naturiste, afin d’embrasser ce merveilleux style de vie respectueux de l’être humain, de la nature et de la beauté de la vie.

Dénudez-vous, restez nu, vivez nu et partagez l’amour du naturisme !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s